lundi 12 janvier 2015

Cuba, partie 1

Première partie. La deuxième est ici.

Le vol aller s’est bien déroulé. Nous avons pris le taxi vers 4:15 en prévision du départ vers 7:30. Vol sans problème, à part les voisins derrière Val et les gars. Nous étions dans un 737, donc 2 rangées de 3 bancs. Val avec les gars dans l’avant-dernière rangée à droite et mois dans la dernière rangée à gauche. Comme ce n’était pas pratique pour se parler, j’ai eu mes écouteur sur les oreilles pas mal toute la ride. C’est juste vers la fin du vol que j’ai eu connaissance des énergumènes. On se rend vite compte que la classe ne vient pas avec le fait d’avoir de l’argent!


Ils ont bien sûr bu de la bière tout le long du vol. Ils parlaient fort et lorsque ce n’était pas pour discuter de leur prochain d’achat d’hélicoptère, c’était pour parler de cul comme aucun gars de chantier ne peut rivaliser. Venant de Ste-Sabine (!), Val est capable d’en prendre côté vulgarité (ben oui, c’est une joke…) mais elle en a eu pour son argent! Elle a dû faire intervenir l’agent de bord, qui aurait probablement dû intervenir par elle-même, pour les faire baisser le ton et changer de discours. Il n’y a pas eu de flammèches et je suis bien content pour eux…!




Arrivée sans encombre et le passage aux douanes, sécurité et bagages se font bien. C’est juste long. On se fait identifier le bon autobus à prendre et après quelques minutes sous le soleil dans le parking, on est en route vers le Club Karey, premier arrêt de la run de lait! On est chanceux.


On sait d’avance qu’on s’en va vers un 2 étoiles et demi (pas certain pour la demi…) mais le premier coup d’oeil est pas mal. On s’enregistre et après s’être assuré d’avoir des chambres dans le même bloc (et d’en avoir au moins une avec vue sur la mer), c’est réglé. Les chambres sont en occupation triple maximum donc nous n’avions pas le choix de prendre deux chambres. Ce n’était pas plus cher et j’ai donc droit à ma chambre tout seul. Not! En fait, on (Valérie) choisi la chambre avec la vue sur la mer et on laisse la grande chambre avec immense balcon aux garçons, qui se fichent pas mal de la vue! On est au premier étage de la petite casa qui compte 3 chambres au 1er et 3 autres au rez-de-chaussée. Comme les chambres ne sont pas prêtent tout de suite, on range les valises dans le locker et on fera un petit tour pour trouver la cafétéria car il est bien dépassé midi. On doit aussi s’enregistrer pour le souper spécial du 31. On book ça pour 20:30.


Comme on avait ce qu’il fallait pour se changer, on raccourci les manche et les pattes et on explore les alentours. L’aménagement paysager n’est rien pour écrire à sa mère (une chance, y’a pas d’internet disponible…). Sauf lorsqu’on voit la mer, c’est assez ordinaire. Et il semble que le jours des vidanges approche car il y a quelques poubelles bien pleines. Il ne devrait pas y avoir de souris par contre car il y a des chats en masse! On rit bien mais même si ce n’est pas un “tout inclus” qui plairait à tous, on aura la chance de rencontrer des gens qui reviennent année après année. Ce n’est donc pas si mal!
Le resto

On aura nos chambres vers 14:30 environ. Comme je le disais, l’une avec vue et l’autre avec balcon. Bien pratique pour faire sécher maillots et serviettes après la plage. La chambre des gars est un peu plus grande mais même dans la nôtre, une fois les valises défaites et les vêtement rangés, c’est bien correct. On lutte un peu avec les tiroirs à chaque utilisation mais on va dire que c’est parce que c’est humide. Mais le climatiseur fonctionne bien et après que je sois passé dessus, probablement qu’on a la seule télécommande de toutes les chambres qui donne la bonne heure!

La madame avait tout de même apporté un peu de «sent bon». Rien de plus agréable que de regarder les palmiers par la fenêtre avec l'odeur du sapin dans le nez...! C'est pas mal mieux que l'odeur d'humidité en tous cas...!

Et on a aussi une belle télé cathodique. Elle nous laisse parfois croire qu’elle va exploser lorsqu’on l’allume mais elle fonctionnera jusqu’à la fin. Pas qu’on l’ait regardé beaucoup mais c’était bien drôle de surveiller TVA et de suivre la tempête de neige dans le milieu de notre séjour! Hé hé!
Vu de notre chambre...
Ayant eu l’aide de maman pour défaire leurs valises, les gars seront à la beach avant nous un peu. On les rejoint en quelques pas à peine lorsqu’on sort de notre bloc. C’est vraiment à 15 mètres maximum de la sortie! On aura vite fait d’aller se chercher une couple de chaises longues qui se trouvent plus près du bar principal. On se partagera ces chaises avec les autres résidents du bloc pendant la semaine.


Côté nourriture, le premier dîner est ordinaire. Mais on est en fin de service pas mal donc on ne s’en fait pas. Le souper du 31 était bien correct. Il y avait des fruits de mer pas mal. Crabe, homard, langoustine, crevettes, etc. Toutes des affaires que je ne mange pas finalement! Non, il y avait bien d’autres choses aussi. Dont 3 cochons qu’on a vu tourner sur la broche dans l’après-midi…



Pour le reste de la semaine, on prendra le déjeuner et le souper à la cafétéria mais les dîners seront pris au casse-croûte près du bar. Il y a un certain choix à tous les repas. On reverra les mêmes choses assez souvent. On est pas toujours certain si c’est de la viande ou du poisson par contre… Le plus gros problème en mon sens est le fait que la hotte ne fonctionnait pas, au dessus de la plaque de cuisson du cook qui se tient au milieu du buffet (et qui nous “rappelle” souvent de mettre du tip dans son verre… Ça vient vite emboucané dans ce coin là et, sincèrement, l’avant dernière journée, ça m’a carrément coupé l'appétit juste de penser qu’il fallait repasser par là… Mais les employés sont serviables et, si tu donnes un peso de temps en temps, ils sont vites à venir voir si tu as besoin de quelques chose! Ou remplir ton verre...

Après le gros repas du 31, on a regardé la fin des Beaux Malaises dans la chambre des gars et nous ne sommes même pas retourné au spectacle spécial de fin d’année près de la piscine. Notre première journée (et la dernière de 2014) s’est terminée ainsi, après une bonne douche. Et un dernier whisky!

Journées «plage»

Les journées où nous sommes demeuré à la plage, ce n'était pas trop compliqué. Valérie prenait le temps de se crémer avant même d'aller déjeuner. Pas de temps à perdre!

On s'installait, elle face au soleil et moi de l'autre bord, à l'ombre si possible. Les gars passaient de l'eau à la chaise au casse-croûte selon les besoins.


Et nous avions bien sûr nos tasses thermos. C'est toujours ben un «tout inclus», 2 étoiles ou non! Et comme le bar du lobby est à environ 75 pas, on va pas se priver sur le rhum and coke! Ni le Pina Colada. Des fois avec du rhum pis des fois sans, hein mon Julien?


La récolte de coquillages a été assez bonne aussi. Mais c'est un peu dégueux, y'en a un modèle que la bibitte était encore dedans pis elle essayait de se sauver! On en a pas rapporter de ceux là... C'est les jaune sur la photo. On a eu de la misère à la prendre tellement ils se sauvaient!

Avec de la lecture et quelques baignades ici et là, les journées plage passaient quand même assez vite, même pour moi!


Ça va être pas mal ça pour la partie 1. La deuxième est ici.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire